Un coupable potentiel pour l'augmentation des allergies et des maladies auto-immunes

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Répondre
Avatar du membre

Auteur du sujet
Pboulanger
Administrateur
Administrateur
Messages : 5784
Enregistré le : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
Âge : 63
    Windows 10 Firefox
Genre :
Zodiaque :
Âge : 63
Contact :
France

Un coupable potentiel pour l'augmentation des allergies et des maladies auto-immunes

Message par Pboulanger » 24 févr. 2019 10:51

:hi:

:arrow: Lu sur : http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2019 ... to-immunes

 
Un coupable potentiel pour l'augmentation des allergies et des maladies auto-immunes
Psychomédia
Publié le 23 février 2019


« "Au cours des 50 dernières années, la fréquence des allergies et des maladie auto-immunes a augmenté rapidement, mais la cause est inconnue." »

Dans une étude publiée en février dans la revue Science Translational Medicine, des chercheurs ont identifié un coupable possible : le sel.

Les lymphocytes T sont des cellules immunitaires qui jouent un rôle important dans ces maladies immunitaires. « "Ils sont un aspect vital de la résistance de l'organisme aux infections, mais, s'ils ne sont pas correctement régulés, ils peuvent aussi développer des réactions pathologiques et commencer à attaquer des parties du corps ou des substances inoffensives telles que des allergènes." »

Christina Zielinski de la Technical University of Munich (Allemagne) et ses collègues ont découvert, sur des cellules en laboratoire, que les types de lymphocytes T qui ne devraient pas causer d'allergies, peuvent, en présence de sel, se transformer en cellules Th2 (qui causent des allergies par des mécanismes impliquant notamment la production d’interleukines IL-4 et IL-13). Ces changements sont inversés lorsque les lymphocytes T sont de nouveau exposés à des niveaux de sel plus faibles.
(référence de l'étude Zielinski DOI: 10.1126/scitranslmed.aau0683).

Les chercheurs ont aussi constaté, chez des personnes atteintes de dermatite atopique, que les taux de sodium dans les zones cutanées affectées sont jusqu'à 30 fois plus élevés que dans la peau saine.

Le rhume des foins et la dermatite atopique ont plus que doublé depuis les années 1970, souligne la chercheure.

« "Une chose qui a également changé au cours des cinquante à soixante dernières années, c'est notre alimentation. Nous mangeons beaucoup plus de fast-foods, et cela inclut aussi beaucoup plus de sel, c'est pourquoi nous nous sommes intéressés à la question de savoir si le sel peut moduler le système immunitaire" », dit-elle.

« "La teneur élevée en sodium de la peau affectée correspond nettement à une autre caractéristique de la dermatite atopique" », explique la chercheure. « "On sait depuis un certain temps que les patients atteints de cette maladie présentent des taux élevés de la bactérie Staphylococcus aureus sur leur peau. Ce sont des bactéries qui se développent dans des conditions salines, contrairement à d'autres bactéries commensales qui sont endommagées par le sel." ».

« "Nous n'avons pas encore été en mesure de montrer comment ces grandes quantités de sel se retrouvent dans la peau" », explique la chercheure.

Le microbiote de l'intestin pourrait être en cause, car il a déjà été montré que les régimes riches en sel ont des effets sur les microbes intestinaux, souligne Charles Mackay, immunologiste à l'Université Monash (Australie), qui n'a pas participé à ces travaux. « "Est-ce le sel de l'alimentation qui affecte la dermatite atopique ? Ou y a-t-il une connexion intestinale qui n'a pas encore explorée ?" », demande-t-il. (Un probiotique diminue les effets du sel sur la sclérose en plaques, les maladies auto-immunes et l'hypertension)

« "Le lien avec le régime alimentaire est encore très spéculatif. Il existe des corrélations et des associations, mais il n'y a toujours pas de preuve définitive" », explique la Pre Zielinski. « "Il se pourrait que l'accumulation de sodium dans la peau suive des règles intrinsèques à la peau, complètement indépendantes de l'alimentation." »

Des études précédentes ont montré que le sel alimentaire favorise la polarisation des cellules T helper 17 (TH17), ce qui a des répercussions sur les maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques, mentionne l'article des chercheurs. (Le sel pourrait accélérer la progression de la sclérose en plaques)

  • Le sel pourrait contribuer aux maladies auto-immunes (sclérose en plaques, diabète de type 1, arthrite rhumatoïde…)

  • Sel : les aliments qui contribuent le plus à l'apport (pains et pâtisseries en tête)

Pour plus d'informations, voir http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2019 ... to-immunes

Psychomédia avec sources : Technical University of Munich, Science Translational Medicine, The Scientist.

 




Sur demande de nos donateurs, nous pouvons faire l'acquisition d'un tiré-à-part de l'article intégral
Le coût est pris en charge par l'Association



Amicalement,
Image

Répondre

Retourner vers « Informations »