Aérer, un geste simple et efficace contre le Covid... mais trop peu appliqué

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
Pboulanger
Administrateur
Administrateur
Messages : 8173
Inscription : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
Âge : 64
    Windows 10 Firefox
Genre :
Zodiaque :
Âge : 64

Aérer, un geste simple et efficace contre le Covid... mais trop peu appliqué

Message par Pboulanger »

Bonjour à tous,

Lu sur https://www.nouvelobs.com/coronavirus-d ... lique.html
Aérer, un geste simple et efficace contre le Covid... mais trop peu appliqué 

Il faut davantage aérer les pièces pour limiter les transmissions de Covid-19, rappellent quatre scientifiques dans la revue britannique « BMJ ». Une règle facile à mettre en place et pourtant trop peu préconisée, selon eux. 

Par L'Obs avec AFP
Publié le 15 avril 2021 à 11h08
Mis à jour le 15 avril 2021 à 11h29
 
Plus d’un an après le début de la pandémie de Covid-19, une des consignes les plus simples recommandées par les scientifiques, aérer, est trop peu souvent appliquée, déplorent des experts ce jeudi 15 avril dans un éditorial publié par la revue médicale britannique « BMJ ».

« On est bien plus susceptible d’être infecté dans une pièce dont les fenêtres ne peuvent pas s’ouvrir ou qui ne dispose pas d’un système de ventilation », et donc où l’air n’est pas renouvelé, rappellent les quatre spécialistes des virus et de la circulation de l’air.

« Il est désormais clair que le SARS-CoV-2 se transmet principalement d’une personne à l’autre par inhalation et à une distance relativement courte », soulignent les signataires, Julian Tang (université de Leicester, Angleterre), Linsey Marr (université Virginia Tech, Etats-Unis), Yuguo Li (université de Hong Kong) et Stephanie Dancer (université Napier d’Edimbourg, Ecosse).
 
En comparaison, « la transmission du SARS-CoV-2 après avoir touché des surfaces est considérée comme relativement minime », poursuivent-ils.

« Une voie importante de transmission » 

Il faut selon eux « mettre l’accent sur la ventilation » car « les plus petites particules [exhalées par les personnes infectées, NDLR] peuvent rester en suspension dans l’air pendant des heures et représentent une voie importante de transmission ».
 
Pour eux, la distinction faite entre les gouttelettes de salive (lourdes et qui tombent vite au sol) et les particules les plus fines qui restent en suspension dans l’air (appelées « aérosols », selon une terminologie obsolète selon eux), a conduit a mal évaluer le risque de transmission du Covid dans l’air, en mettant trop l’accent sur les premières.

« Après un an de pandémie, on est toujours en train de débattre du rôle et de l’importance de la transmission du SARS-CoV-2 par aérosols, qui n’est parfois que succinctement mentionnée dans certaines directives de contrôle de l’épidémie », regrettent-ils.
 
« Fondamentalement, si vous inhalez des particules, quelle que soit leur taille ou leur nom, vous respirez des aérosols », écrivent-ils. « Améliorer la ventilation et la qualité de l’air, en particulier dans les centres de soins, les lieux de travail et les écoles, nous aidera tous à être en sécurité », concluent les spécialistes.


Si vous appréciez notre travail, merci de nous soutenir par un petit don en cliquant sur le bouton ci-après


Je fais un don de soutien à l'Association


Prenez bien soin de vous !
Amicalement,
Image

Revenir à « Informations »