La troisième vague est « loin d’être terminée », prévient Jean Castex face à des soignants épuisés

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
Pboulanger
Administrateur
Administrateur
Messages : 8173
Inscription : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
Âge : 64
    Windows 10 Firefox
Genre :
Zodiaque :
Âge : 64

La troisième vague est « loin d’être terminée », prévient Jean Castex face à des soignants épuisés

Message par Pboulanger »

Bonjour à tous,

Lu sur https://www.nouvelobs.com/coronavirus-d ... uises.html
La troisième vague est « loin d’être terminée », prévient Jean Castex face à des soignants épuisés 

La France a officiellement franchi jeudi le cap des 100 000 morts du Covid-19. Si des « évolutions favorables » peuvent être constatées sur l’incidence, le Premier ministre a rappelé qu’un décalage avec la situation hospitalière pouvait perdurer. 

Par L'Obs avec AFP
Publié le 16 avril 2021 à 15h24
Mis à jour le 16 avril 2021 à 15h51

 
 
Quelques heures après les précisions du porte-parole du gouvernement sur le calendrier des réouvertures, le Premier ministre met en garde. La « troisième vague » de la pandémie de Covid-19 en France est « loin d’être terminée », a averti Jean Castex ce vendredi 16 avril à Caen, où des soignants du CHU lui ont fait part de leur « épuisement ».
 
« La troisième vague est loin d’être terminée, même si, sur l’incidence, un certain nombre d’évolutions favorables » sont constatées, a déclaré le chef du gouvernement.
 
Il y a toujours un « décalage » entre l’évolution du nombre des contaminations et celle de la « situation hospitalière », a rappelé Jen Castex.
 
Le Premier ministre a visité le service réanimation du CHU de Caen où le personnel lui a fait part de sa fatigue. « Nous nous épuisons. Nous avons quelques collègues qui sont en arrêt pour burn-out […]. On a l’impression de ne pas être en sécurité », a expliqué Déborah Clergeau, infirmière en réanimation, au Premier ministre qui visitait le service.

Avec sa collègue Charlotte Deux, elle a affirmé que des demandes d’heures supplémentaires étaient refusées par la direction. « Les demandes de renforts ne sont parfois pas acceptées. Je travaille à mi-temps. Je propose de revenir plus. On me dit : c’est non. On n’accepte pas l’augmentation du temps de travail », a expliqué Charlotte Deux, depuis douze ans dans le service. « Ce qui semble bloquer, c’est de payer ces renforts en heures supplémentaires », a-t-elle ajouté.

« On attend encore le plateau »

Jean Castex a assuré que cela ne pouvait être une question de moyens financiers. « Si votre direction me disait je n’ai pas d’argent pour payer, je lui débloquerai immédiatement », a-t-il assuré.
 
« On attend encore le plateau [que la 3e vague n’a pas encore atteint, NDLR]. C’est peut-être là qu’on vous basculera à temps plein », a ajouté le Premier ministre.
 
Dans un discours face aux élus locaux et à la presse, Jean Castex a souligné que « le chantier » de l’amélioration de la « rétribution » des soignants « se poursuit ». « On a engagé la bagatelle de sept milliards rien que pour cela », a-t-il ajouté.
 
Face à une épidémie qui a déjà fait 100 000 morts et dont les indicateurs se stabilisent à un niveau élevé, l’exécutif maintient l’objectif de rouvrir de rares activités à la mi-mai, tout en restant prudent sur d’éventuels ajustements.


Si vous appréciez notre travail, merci de nous soutenir par un petit don en cliquant sur le bouton ci-après


Je fais un don de soutien à l'Association


Prenez bien soin de vous !
Amicalement,
Image

Revenir à « Informations »