[CH]Des mesures sont nécessaires pour freiner la hausse des coûts de la santé

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Répondre
Avatar du membre

Auteur du sujet
Pboulanger
Administrateur
Administrateur
Messages : 4717
Enregistré le : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
    Windows 8.1 Firefox
Genre :
Zodiaque : Lion
Âge : 61
Contact :
France

[CH]Des mesures sont nécessaires pour freiner la hausse des coûts de la santé

Message par Pboulanger » 03 sept. 2016 11:24

:hi:

Lu sur https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/doc ... 63621.html
Des mesures sont nécessaires pour freiner la hausse des coûts de la santé

Berne, 02.09.2016 - En raison du développement démographique et des progrès médico-techniques, les coûts de la santé continuent d'augmenter. L'évolution des coûts de ces dernières années, cependant, est aussi due à un recours accru aux soins, dont l'ampleur ne s'explique pas d'un point de vue médical. Le DFI a déjà mis en œuvre des mesures visant à réduire les coûts de la santé de plusieurs centaines de millions de francs par an. Il examine d'autres mesures permettant de maîtriser cette hausse importante et analyse des modèles utilisés dans d'autres pays européens. L'objectif est de garantir des soins de santé de qualité et de permettre à la population d'y accéder, mais également de maintenir la charge financière des primes d'assurance-maladie à un niveau supportable.

Il faut s'attendre à ce qu'à l'avenir les coûts de la santé augmentent constamment, en raison de l'évolution démographique (d'ici 2045, le nombre des personnes âgées de plus de 80 ans va plus que doubler en Suisse) et des progrès médico-techniques. Cette hausse est également due à l'augmentation des prestations, laquelle s'explique difficilement. De 1996 à 2015, l'assurance obligatoire des soins (AOS, assurance de base) a dû dépenser chaque année en moyenne 4 % de plus par assuré pour le remboursement des prestations médicales. En 2016, les coûts à la charge des assurés ont augmenté de plus d'un milliard de francs. Fin septembre, le DFI informera sur l'évolution des primes dans l'assurance de base.

Plusieurs millions ont été économisés
Dans le cadre de sa stratégie « Santé2020 », le Conseil fédéral a lancé et mis en œuvre une série de mesures ayant servi à économiser plusieurs centaines de millions de francs par année. De nouvelles mesures sont en cours d'exécution et permettront de réaliser d'autres économies importantes au cours des prochaines années. Par exemple, le prix des médicaments pris en charge par les caisses-maladie devrait baisser entre 2017 et 2019. En ce qui concerne le prix des génériques, des économies de l'ordre de 80 millions de francs devraient être réalisées dès l'année prochaine. Actuellement, l'OFSP modifie les montants maximaux de remboursement pour les moyens et appareils médicaux, et examine le mécanisme de remboursement des analyses. Par ailleurs, il analysera de manière accrue l'efficacité des interventions et des traitements médicaux, qui ne seront plus remboursés si le critère d'efficacité n'est pas satisfait.

Renforcer les mesures et en introduire de nouvelles
Ces mesures ne sont toutefois pas suffisantes pour limiter la croissance des coûts dans une proportion correspondante à l'évolution démographique et aux progrès médico-techniques. Le DFI entend continuer à limiter les coûts des médicaments en introduisant un système de prix de référence pour les génériques et en adaptant la marge relative à la distribution pour tous les médicaments remboursés par l'assurance-maladie. Il va également examiner si des accords supplémentaires peuvent être conclus avec l'industrie pharmaceutique, afin que les nouveaux produits thérapeutiques onéreux soient inscrits sur la liste des médicaments pris en charge par les caisses-maladie à un prix économiquement supportable. Un autre objectif consiste à renforcer les soins coordonnés afin d'améliorer la collaboration et la communication des professionnels de la santé ; une stratégie nationale permettra de lutter contre les maladies non transmissibles telles que le cancer, les problèmes cardio-vasculaires et le diabète. Enfin, la qualité des traitements médicaux doit sans cesse être améliorée.

Etudier les modèles appliqués en Allemagne et aux Pays-Bas
Par ailleurs, le DFI analysera des modèles utilisés dans d'autres pays européens pour gérer la hausse des prestations. A cette fin, il examinera les modèles de l'Allemagne et des Pays-Bas, qui disposent de systèmes de santé comparables. Dans les secteurs aussi bien ambulatoire que stationnaire, ils ont recours à des instruments de pilotage en ce qui concerne les budgets ou le volume de prestations à fournir. Un groupe composé d'experts provenant de ces pays soutiendra le DFI. D'ici une année, une proposition concernant les prochaines étapes sera élaborée.

Tous les acteurs doivent prendre leurs responsabilités
Dans le domaine de la santé, les compétences sont réparties entre la Confédération, les cantons et d'autres acteurs. Pour freiner efficacement l'augmentation des coûts, tous les acteurs doivent prendre leurs responsabilités et mettre en œuvre des mesures dans leur domaine de compétence.
• Les cantons peuvent déterminer l'offre, d'une part, dans le secteur stationnaire grâce à leur planification hospitalière et, d'autre part, dans le secteur ambulatoire grâce à l'admission des médecins. Ils ont également la possibilité d'utiliser des enveloppes budgétaires.
• Les assureurs sont tenus de négocier les tarifs avec les fournisseurs de prestations de manière cohérente afin de parvenir à un accord. Ils sont également chargés d'examiner soigneusement les factures des prestations médicales (contrôle des coûts).
• Les fournisseurs de prestations doivent également contribuer à l'adoption d'un nouveau tarif médical TARMED, effectuer des traitements adéquats et augmenter la qualité des traitements.

Les quatre principaux postes de coûts

Quatre domaines de l'assurance de base représentent près de 80 % des coûts de la santé :
Traitements auprès de médecins indépendants : Entre 2009 et 2015, les coûts dans ce domaine ont augmenté de 28 %. Alors que le nombre de consultations est resté stable, les coûts par consultation ont, eux, augmenté. Les patients consultent davantage de spécialistes au détriment des médecins de famille, et les prestations facturées sont toujours plus chères.
Traitements dans le secteur stationnaire : En 2015, les coûts par personne dans ce secteur étaient de 17 % supérieurs à ceux de 2009. Le nombre de cas concernant des patients âgés de plus de 70 ans au moment du traitement ont notamment augmenté. Cette hausse s'explique avant tout par l'évolution démographique. Les forfaits par cas introduits en 2012 n'ont jusqu'ici pas eu l'effet escompté.
Traitements dans le domaine hospitalier ambulatoire : Entre 2009 et 2015, les coûts par personne dans ce domaine ont augmenté de 34 %. Le nombre de consultations a particulièrement augmenté, alors que les coûts de chaque consultation sont restés stables.
Médicaments pris en charge par les caisses-maladie : Les coûts par personne sont restés pratiquement stables depuis 2009. Ces dernières années, les prix de près de 1500 médicaments ont été abaissés. En revanche, les médecins ont prescrit davantage de nouveaux produits, plus chers.
Adresse pour l'envoi de questions

Office fédéral de la santé publique (OFSP),
Communication, 058 462 95 05
ou media@bag.admin.ch

Auteur

Secrétariat général DFI
http://www.edi.admin.ch

Office fédéral de la santé publique
http://www.bag.admin.ch
Amicalement,
Image

Répondre

Retourner vers « Informations »