Traitement des thymomes par chirurgie mini-invasive. Étude comparative vidéochirurgie versus voie robot-assistée

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Répondre
Avatar du membre

Auteur du sujet
Pboulanger
Administrateur
Administrateur
Messages : 4842
Enregistré le : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
    Windows 10 Firefox
Genre :
Zodiaque : Lion
Âge : 61
Contact :
France

Traitement des thymomes par chirurgie mini-invasive. Étude comparative vidéochirurgie versus voie robot-assistée

Message par Pboulanger » 10 févr. 2017 10:13

:hi:

Lu sur http://www.lissa.fr/fr/rep/articles/EL_ ... 2517300232
Traitement des thymomes par chirurgie mini-invasive. Étude comparative vidéo-chirurgie versus voie robot-assistée
Auteurs : Pfister A1, Baste J1, Piton N2, Bubenheim M3, Melki J1, Wurtz A4, Peillon C
Affiliations :
1Service de Chirurgie Générale et Thoracique, CHU de Rouen, 76000 Rouen, France.
2Service d’Anatomopathologie. CHU de Rouen. 76000 Rouen, France.
3Service d’Informatique. CHU de Rouen, 76000 Rouen, France.
4Service de Chirurgie Cardio-Thoracique, Centre Universitaire de Lille, 59000 Lille, France.

Détails : 2017Revue : Revue des maladies respiratoires

  • Objectifs
    Rapporter les résultats de la chirurgie mini-invasive chez les patients atteints d’un thymome stade I ou II de la classification de Masaoka. La technique de référence est la thymectomie par sternotonomie partielle ou totale.
  • Méthodes
    Étude monocentrique rétrospective utilisant une base de données prospective qui inclut tous les thymomes opérés d’avril 2009 à février 2015 par voie mini-invasive, soit par vidéochirurgie (VATS), soit par voie robot-assistée (RATS). La technique chirurgicale, le type de résection, la durée d’hospitalisation, les complications postopératoire et les récidives ont été étudiés.
  • Résultats
    Cette série était constituée de 22 patients (15 femmes et 7 hommes), d’âge moyen 53 ans. La présence d’une myasthénie a été constatée chez 12 patients. Huit patients ont été opérés par VATS et 14 patients par RATS. Il n’y pas eu de conversion en sternotomie ni de décès périopératoire. La durée moyenne d’intervention a été de 92 min par VATS et 137 min par RATS (p < 0,001). La durée moyenne d’hospitalisation était de 5 jours. Le poids de la pièce opératoire était de 13,2 mg pour le groupe VATS et de 45,7 mg pour le groupe RATS. Douze patients étaient classés stade I de Masaoka et 10 étaient de stade II. Selon la classification OMS, il y avait 7 patients de type A, 5 de type AB, 4 de type B1, 4 de type B2, et 2 de type B3. Selon la proposition du Groupe ITMIG-IASLC 2015, l’ensemble des patients correspondait au groupe I. La période de suivi moyenne était de 36 mois. Nous avons noté 3 complications majeures périopératoires selon la classification de Clavien-Dindo : une pneumopathie, une paralysie phrénique et une paralysie récurrentielle. Nous avons observé un cas de récidive locorégionale à 22 mois. En postopératoire, quatre patients ont été traités par radiothérapie et deux patients par chimiothérapie.
  • Conclusion
    La voie mini-invasive est une approche sûre et peu délabrante qui semble devoir s’intégrer dans l’arsenal thérapeutique de la prise en charge des thymome stade I et II de Masaoka comme alternative à la sternotomie classique. La RATS et la VATS sont deux techniques mini-invasives dont les résultats à court et moyen termes sont acceptables. Les avantages cliniques de la RATS sur la VATS sont difficiles à mettre en évidence. La RATS permettrait de traiter des lésions plus volumineuses et plus complexes au vu du poids et de la taille de la pièce opératoire.
Amicalement,
Image

Répondre

Retourner vers « Informations »