COVID-19 Dépistage du Covid-19 : un changement de stratégie s’amorce en France

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Répondre
Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
Pboulanger
Administrateur
Administrateur
Messages : 5946
Inscription : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
Âge : 63
    Windows 10 Firefox
Genre :
Zodiaque :
Âge : 63
France

COVID-19 Dépistage du Covid-19 : un changement de stratégie s’amorce en France

Message par Pboulanger »

Bonjour à tous,

Lu sur http://www.leparisien.fr/societe/sante/ ... 288718.php

Dépistage du Covid-19 : un changement de stratégie s’amorce en France
Par Aymeric Renou Le 26 mars 2020 à 19h14


L’apparition de centres en dehors du milieu hospitalier s’est accompagnée ces derniers jours d’une inflexion du discours du gouvernement qui annonce vouloir multiplier les tests sur le coronavirus.

Qui dépister?

La question se pose inlassablement depuis le début de la pandémie de Covid-19. La doctrine adoptée par les pouvoirs publics français n'a pas bougé : pas de dépistage massif de la population. Seuls « les malades qui présentent des difficultés respiratoires ou des maladies chroniques, les personnes âgées symptomatiques, les professionnels de santé symptomatiques, les donneurs d'organes, de cellules ou de tissus et les femmes enceintes » peuvent être soumis à un test selon les directives de la Direction générale de la santé.

L'apparition, ces derniers jours, de centres de santé réalisant des opérations de dépistage, à Paris, en Ile-de-France, mais aussi à Rennes (Ille-et-Vilaine), ou encore à Montpellier (Hérault), où les prélèvements se font même en « drive-in » avec des personnes testées en restant assises dans leur voiture, va peut-être changer la donne. Et résonne comme une première réponse aux injonctions de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

« On ne peut pas gagner un match de football uniquement en défendant. Il faut aussi attaquer », a ainsi rappelé lundi Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'OMS, lors d'une conférence de presse. « Demander aux gens de rester chez eux et établir d'autres mesures de distanciation physique sont un moyen important de ralentir la progression du virus et de gagner du temps, mais ce sont des mesures de défense qui ne nous aideront pas à gagner, a-t-il poursuivi. Pour gagner, nous devons attaquer le virus avec des tactiques agressives et ciblées. Il faut tester chaque cas suspect, isoler et soigner chaque cas confirmé et suivre et mettre en quarantaine chaque contact étroit. »

Loin derrière l'Allemagne


Les autorités françaises de santé n'en sont pas encore à lancer de grandes opérations de dépistage, comme cela a été le cas en Corée du Sud dès le début de l'épidémie ou, plus récemment, en Allemagne, où sont désormais testées 500 000 personnes par semaine. Le choix « d'un usage rationnel » est justifié par l'objectif de « contenir l'épidémie » et non de la mesurer, expliquait il y a une semaine le ministre de la Santé Olivier Véran. Mais ce dernier entendait également accélérer la cadence « pour pouvoir multiplier les tests au moment où le confinement sera levé ».

Mardi, Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, a fait savoir que les capacités actuelles de tests de dépistage du Covid-19 allaient passer de 9000 par jour à 29 000 quotidiennement en fin de semaine prochaine. Sans forcément attendre la levée du confinement, dont la durée, selon toute vraisemblance, devrait être prolongée.
Amicalement,
Image

Répondre

Revenir à « Informations »