COVID-19 Franceinfo a vérifié sept affirmations de Didier Raoult devant la commission d’enquête de l'assemblée nationale

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Répondre
Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
Pboulanger
Administrateur
Administrateur
Messages : 6425
Inscription : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
Âge : 63
    Windows 10 Firefox
Genre :
Zodiaque :
Âge : 63
France

COVID-19 Franceinfo a vérifié sept affirmations de Didier Raoult devant la commission d’enquête de l'assemblée nationale

Message par Pboulanger »

Bonjour à tous,

Lu sur https://www.francetvinfo.fr/sante/malad ... 21607.html
On a vérifié sept affirmations de Didier Raoult devant la commission d’enquête Covid-19 de l’Assemblée nationale

Le directeur de l'Institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille a été auditionné mercredi par les députés. L'objectif : revenir sur sa proposition de traitement à base d'hydroxychloroquine et apporter son regard critique sur la gestion de la crise sanitaire en France.
 
Julien Nguyen Dang, Thomas Pontillon, Manon Mella, Linh Lan Dao
franceinfo - France Télévisions
Mis à jour le 26/06/2020 | 15:10 -publié le 26/06/2020 | 10:32
 

"Je ne suis pas d'accord pour que l'Etat prenne des décisions médicales à la place des médecins". Durant trois heures, mercredi 24 juin, l'infectiologue Didier Raoult a été auditionné par la commission d'enquête Covid-19 de l'Assemblée nationale. Entre accusations et défense de ses résultats (notamment autour de l'hydroxychloroquine), le directeur de l'Institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille est revenu sur la crise sanitaire du coronavirus. La cellule #VraiOuFake de franceinfo a passé au crible sept affirmations du professeur Raoult sur cette crise sanitaire.
  
1-La mise en place du confinement ne reposerait pas sur des "données scientifiques établies"

• Ce qu'a dit Didier Raoult. Fallait-il confiner le pays ? Pour le professeur Didier Raoult, l'efficacité d'une telle mesure, "n’a jamais été démontrée" : "La décision du confinement comme celle [du port] des masques dans la rue ne reposent pas sur des données scientifiques établies, claires et démontrables", a-t-il affirmé devant la commission d’enquête.

• Pourquoi ça se discute. Plusieurs chercheurs interrogés par franceinfo s’accordent à dire que cette mesure de "dernier ressort" était nécessaire "pour infléchir la courbe épidémique", faute d’une campagne efficace de tests et de traçage en amont. "Il aurait même fallu confiner plus tôt", estime l’épidémiologiste Pascal Crépey, enseignant-chercheur à l’Ecole des hautes études en santé publique de Rennes.

Des modélisations prédictives ont défendu l’efficacité des mesures de distanciation sociale, même si ce type de travaux fait débat au sein de la communauté scientifique. Grâce à elles, 3,1 millions de décès auraient été évités dans 11 pays européens dont la France, selon des chercheurs de l’Imperial College de Londres (PDF en anglais). Et d’après des travaux conduits à l’université américaine de Berkeley (PDF en anglais), sans ces mesures, la France aurait compté 1,4 million de cas supplémentaires.

En regardant plusieurs contre-exemples, l'efficacité du confinement serait facilement observable, selon les experts interrogés par franceinfo. Aux Etats-Unis et au Brésil, la première vague épidémie n'en finit pas, alors que les mesures de confinement ne sont pas soutenues par l'exécutif fédéral. 
 
 
Image
Courbes des décès dûs au Covid-19 par pays pour 100 000 habitants. (FRANCEINFO)
 
 Dans une modélisation rétrospective (PDF en anglais), l’Institut Pasteur confirme aussi l’efficacité du confinement : le taux de reproduction du virus aurait diminué de 77% en France pour atteindre 0,67, permettant de faire baisser le nombre de nouveaux cas.
 
2-"50% des médecins dans le monde" utilisent l'hydroxychloroquine et l'azithromycine contre le Covid-19 

• Ce qu'a dit Didier Raoult. Défendant sa proposition de traitement, l'infectiologue a déclaré : "Il y a probablement 50% des médecins dans le monde qui utilisent l'hydroxychloroquine et l'azithromycine pour traiter le Covid [...] et en France aussi."

• Pourquoi cela reste à prouver. Un sondage de Sermo (PDF en anglais), un réseau social pour médecins, s’est intéressé à la question, comme le relate le site de vérification des faits Full Fact (en anglais). Selon les résultats d'un questionnaire transmis en avril à 1 337 médecins de la planète ayant soigné des malades du Covid-19, 50% d’entre eux auraient prescrit de l’hydroxychloroquine ou de la chloroquine à leurs patients atteints du coronavirus. Un taux qui grimpe même à 58% pour l’azithromycine et les antibiotiques similaires. Pour ce qui est de la France, 50% des médecins interrogés auraient eux aussi prescrit le remède vanté par Didier Raoult, et 60% pour l’azithromycine. Ils auraient même été 60% à juger l’hydroxychloroquine efficace.

Problème : la méthodologie du sondage (PDF en anglais) indique qu’"aucun facteur de pondération" n’a été employé. Rien n’indique donc que l’échantillon interrogé soit représentatif de la communauté des médecins en France et dans le monde – ces soignants sont, de plus, uniquement issus de ce réseau social en ligne. Pour ce qui est de la France, ce sont par exemple 95 praticiens seulement qui ont été interrogés, révèlent les données du sondage (en anglais).

Aucune autre étude n’étaye cette affirmation. Néanmoins, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) s’est intéressée à la délivrance de l’hydroxychloroquine (PDF). Et c'est à Paris, dans les Bouches-du-Rhône et dans les Alpes-Maritimes que l'hydroxychloroquine aurait davantage été prescrite, avec plus de 48 ordonnances pour 100 000 habitants du 1er janvier au 19 avril 2020. A Paris, ce taux s'élève même à 64,2 prescriptions pour 100 000 personnes (contre 57,5 pour 100 000 dans les Bouches-du-Rhône, le département d'exercice de Didier Raoult).
 
3-"15% des gens" ne prendraient pas leurs médicaments

• Ce qu'a dit Didier Raoult. Questionné sur la pertinence de ses "pseudo-essais cliniques" autour de l'hydroxychloroquine, pas "recevables par qui que ce soit" selon le député Philippe Berta (MoDem), Didier Raoult a décrié les études de plus de 10 000 personnes : "Vous savez, il y a 15% des gens qui ne prennent même pas les médicaments qu’on leur prescrit."

• Pourquoi cela semble réaliste. Plusieurs études témoignent d’un même ordre de grandeur. En France, pour l’institut de conseil en santé Jalma, "25% des médicaments prescrits ne seraient jamais consommés par les patients", d’après un rapport paru en 2015 (PDF). Cette non-observance des traitements ainsi que leur prise de manière insuffisante seraient même responsables de 12 000 décès par an dans l’hexagone.

Pour ce qui est des maladies chroniques uniquement, un rapport (PDF en anglais) de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que "dans les pays développés, l’observance des thérapies de long terme dans la population générale se situe autour de 50% et est plus basse dans les pays en développement". La moitié des porteurs de maladies chroniques ne prendraient donc pas leur traitement correctement, voire l’oublieraient dans 30% des cas selon le livre blanc (PDF) de la Fondation Concorde – un think tank économique.

Des chiffres que corrobore une enquête soutenue par le laboratoire Pfizer en 2015 : 29% des patients interrogés y affirment ne pas avoir pris leur traitement intentionnellement. Au total, la non-observance des traitements occasionnerait 8 000 décès dans l’Hexagone et un coût de "2 milliards d’euros par an" pour les hôpitaux, rapporte la Fondation Concorde.
 
4-"10% des personnes décédées en Europe avaient moins de 65 ans"

• Ce qu'a dit Didier Raoult. Tout en pointant la "difficulté de faire des généralités", Didier Raoult a déclaré que "concernant la mortalité par tranche d’âge, il y a 10% des gens qui avaient moins de 65 ans."

• Pourquoi cela semble probable. Même si la remontée des données liées à la mortalité peut représenter un défi (cela dépend du lieu décès, du délai de la remontée, de l’identification de la cause du décès), les chiffres communiqués semblent se rapprocher de ce qu’a déclaré le professeur Raoult. Le 4 mai, la Commission européenne a publié un rapport (PDF en anglais) qui compare les cas de décès liés au Covid-19 par tranche d’âge. Les données analysées couvrent la période du 2 février au 31 mars 2020. L’étude révèle qu’en moyenne pour tous les pays "environ 94% des décès sont concentrés uniformément dans la population des 60 ans et plus" à l’exception de la Chine où 81% des décès concernent les plus de 60 ans et 19% avaient de 20 à 60 ans.

En France, d’après le dernier point épidémiologique hebdomadaire (PDF) publié le 4 juin, depuis le 1er mars, 89% des patients admis en réanimation et qui sont décédés avaient 65 ans et plus et environ 86% d’entre eux présentaient au moins une comorbidité. Le 29 mai, Santé Publique France notait que 91% des personnes décédées avaient plus de 65 ans.

5-"La deuxième vague ? Je n'ai jamais dit ça"

• Ce qu'a dit Didier Raoult. Interrogé sur l’hypothèse d’une deuxième vague épidémique, Didier Raoult a nié avoir déclaré qu’elle pourrait être probable. 

• Pourquoi c'est discutable. Lors d’une interview ou durant ses vidéos qu’il a mises en ligne sur YouTube, Didier Raoult a bien utilisé les mots "deuxième vague" mais sans dire qu’elle allait se produire ou non. Cependant, comme les députés l’ont noté, sa position a légèrement évolué au fil du temps.

Sur BFMTV le 30 avril dernier, le professeur marseillais avait déclaré ceci à propos d’un retour de l’épidémie de covid-19 l’an prochain : "On peut tout imaginer, on peut avoir de l'imagination sur tout mais c'est de la science-fiction. J'ai l'opinion que sur des infections respiratoires dans lesquelles il y a des secondes vagues, il n’y en a pas. Donc je ne vois pas pourquoi il y en aurait pour celle-là."

Quelques semaines plus tard, le 19 juin, sur sa chaîne YouTube, Didier Raoult a répété qu’une seconde vague restait une hypothèse. "Personne n'est capable de prédire l'avenir. Il se peut qu'il y ait un nouveau pic épidémique au moment de la saison hiverno-printanière, il se peut aussi que le virus disparaisse." En revanche, sa position a un peu évolué suite à des nouveaux cas en Nouvelle-Zélande. Ce pays "a des conditions climatiques assez proches de la France dans l'hémisphère sud. S'il y a une épidémie en Nouvelle-Zélande, on peut redouter qu'il y ait le même type d'épidémie l'hiver prochain en France parce que c'est comme ça que ça se passe pour les infections respiratoires."

Si Didier Raoult n’a jamais dit qu’un retour de l’épidémie était inévitable ou non, il a bien prononcé les mots de "deuxième vague" alors qu’il a affirmé devant les députés qu’il s’agissait d’un "fantasme journalistique".
 
6-"Je ne suis pas un prophète même si je suis barbu"

• Ce qu'a dit Didier Raoult. Devant la commission d’enquête, Didier Raoult a déclaré "Je ne suis pas un prophète même si je suis barbu", précisant qu’il avait "le bon sens de l’observation" mais qu’il ne faisait pas de "prédictions".

• Pourquoi c'est discutable. Il a donné à de multiples reprises son avis sur l’évolution de l’épidémie, sur la chaîne YouTube de l’IHU Méditerranée ou dans des médias. Des opinions sur l’avenir qui ressemblent parfois à des prédictions. Dans une interview du 26 février, donnée à TourMag, média dédié aux professionnels du tourisme, il a minimisé par exemple la crise sanitaire : "Vous savez, il y a plus de morts par accident de trottinettes en Italie que par le coronavirus. Cette psychose et emballement médiatique viennent d'une sensibilité de la race humaine au risque d'extinction". Dans La Provence, un mois plus tard, il déclare même "Là, on en est à moins de 500 [morts]. On va voir si on arrive à en tuer 10 000, mais ça m'étonnerait".

Didier Raoult se prononce aussi en février sur une éventuelle disparition du virus au printemps dans une vidéo YouTube : "Paradoxalement la chose la plus intelligente qui a été dite, c’est par Trump, qui a dit 'au printemps ça va disparaître' parce que c’est vrai que la plupart des infections virales saisonnières disparaît au printemps". Il explique même dans une vidéo d’avril qu’il "est possible (...) que l’épidémie disparaisse au printemps et que d’ici quelques semaines il n’y ait plus de cas".

Pas de prédictions peut-être, mais une série d’hypothèses qui se sont avérées trop optimistes.

7-"On voit qu'il y a 20% [de morts en moins] avec l'hydroxychloroquine"

• Ce qu'a dit Didier Raoult. Devant les députés qui l'interrogeaient sur l'efficacité de son traitement, le professeur Didier Raoult a affirmé : "On rapporte 4 500 personnes qui ont été hospitalisées à Paris et [on] voit qu'il y a 20% de moins de morts avec l’hydroxychloroquine."

• Pourquoi c'est contestable. Actuellement, aucune donnée scientifique ni aucune étude, hormis celle très contestée du professeur Didier Raoult, ne permettent d’affirmer de manière aussi catégorique que l’hydroxychloroquine est efficace, et donc que ce traitement aurait pu éviter des décès, en particulier à Paris. Pire, les effets potentiellement néfastes de l'hydroxychloroquine en cas d'automédication ou de mauvaise prescription, d'autant plus avec des médicaments comme l'azithromycine, sont avérés, rappelle L'Express (article payant)

Un autre défenseur de l'hydroxychloroquine, le professeur Christian Perronne, chef du service d’infectiologie de l’hôpital de Garches (Hauts-de-Seine), avait déjà mis en avant les supposés bénéfices de ce médicament en assurant que le traitement promu par Didier Raoult aurait permis d’éviter 25 000 morts s’il avait été prescrit largement en France. Ces propos ont indigné un groupe d’infectiologues français, qui ont formulé mardi de vives critiques dans un communiqué.
 
"En se fondant sur les données solides disponibles à ce jour, on peut affirmer que : la prescription de l'hydroxychloroquine aux patients atteints par la Covid-19 n'a pas fait la preuve de son efficacité, les études rigoureuses réalisées par des équipes sans a priori, au niveau international, ont toutes conclu sur l'absence de bénéfice, tandis que le risque de décès lié à un mauvais usage est lui parfaitement avéré", détaillent-ils.
 
Le débat n’est pas clos sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine. Mais ce chiffre de "20% [de morts en moins]" ne peut être utilisé comme une donnée validée et faisant l’objet d’un consensus scientifique.


Prenez bien soin de vous !
Amicalement,
Image

Répondre

Revenir à « Informations »