Masques, tests... Les étranges vacances des Français

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Répondre
Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
Pboulanger
Administrateur
Administrateur
Messages : 6565
Inscription : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
Âge : 64
    Windows 10 Firefox
Genre :
Zodiaque :
Âge : 64
France

Masques, tests... Les étranges vacances des Français

Message par Pboulanger »

Bonjour à tous,

Lu sur
Masques, tests... Les étranges vacances des Français

Pour les vacances, ils ont choisi l’Hexagone et ont adapté leur programme en fonction des bilans sanitaires. La campagne séduit de plus en plus.

Par Stéphane Kovacs
Publié hier à 19:17, mis à jour il y a 3 heures
  
Ils voulaient voir Venise et ils verront Vierzon. Ils pensaient courir festivals et boîtes de nuit, ils feront patiemment la queue, masqués, au supermarché. Ils rêvaient de grandes tablées familiales au bord de la piscine, ils viendront à tour de rôle dans la maison de leur enfance. Drôles de vacances que celles de cet été 2020, où tout se décide au dernier moment, où flacons de gel hydroalcoolique voisinent avec ceux de crème solaire dans la valise, et où le choix des destinations se fait plus en consultant le bulletin des agences régionales de santé (ARS) que la météo des plages…

Sur les réseaux sociaux, le mot-dièse #cetétéjevisitelaFrance, lancé par le collectif Patrimoine 2.0 et repris par le secrétariat au Tourisme, fait florès. «70 % des Français prennent leurs vacances en France cet été, affirme le secrétaire d’État Jean-Baptiste Lemoyne. Faire le choix d’un été bleu-blanc-rouge, c’est redécouvrir les joyaux de nos territoires et soutenir les professionnels.» Plusieurs départements ou villes tentent d’ailleurs de se démarquer avec des offres promotionnelles. La Drôme a lancé le «Pass Drôme», jusqu’à 150 euros offerts pour les personnes réservant trois nuits consécutives. Dans les Landes, 3 000 visiteurs pourront bénéficier d’un remboursement de 150 euros. Quant à Roanne, dans la Loire, elle offre 100 euros aux vacanciers ayant séjourné au moins deux nuits et s’étant attablés au moins une fois dans un restaurant traditionnel.

 La clef des champs

Face au littoral, la campagne tire son épingle du jeu. Sur les sites de locations saisonnières, le nombre de réservations dans l’arrière-pays a bondi. Se détachent des départements autrefois boudés comme la Drôme ou la Lozère. Habitués des plages de l’Hérault, Christine et Fabrice prendront cette année la clef des champs: «Le premier critère, c’était la plus faible densité de population et une belle nature au calme», expliquent-ils. Ils ont opté pour une semaine dans le Lot. Site d’échange de maisons, HomeExchange enregistre une augmentation des demandes de «destinations atypiques, dans des coins sauvages». Plus de 18 000 nouveaux membres, fait valoir le site, se sont inscrits depuis mai. «Les voyageurs sont de plus en plus en quête d’une expérience humaine authentique, hors des sentiers battus et du tourisme de masse», commente son cofondateur, Charles-Édouard Girard.
 
Autre réseau qui semble dopé par la pandémie, celui de l’agritourisme. «On a des retours, de la part de notre millier d’adhérents français, de fortes hausses des demandes, qui sont étalées jusqu’à fin septembre, détaille Pierre-Jean Barthèye, coprésident d’Accueil paysan. On est sur le principe du partage: le paysan présente son activité, fait goûter les bons produits de la ferme. En retour, on écoute les hôtes parler de leur consommation. On espère faire découvrir à ces familles, pour lesquelles la campagne n’était qu’un plan B, que l’on peut y passer d’agréables vacances!»
On espère faire découvrir à ces familles,
pour lesquelles la campagne n’était qu’un plan B,
que l’on peut y passer d’agréables vacances !
Pierre-Jean Barthèye, coprésident d’Accueil paysan

Il y a aussi «ces étudiants en galère à cause de la crise, qui ne savent toujours pas s’ils pourront partir en vacances, témoigne Amélie Frely, fondatrice de Granny & Charly. Tandis qu’à l’inverse de nombreux aînés se sentent seuls dans leur grande maison de vacances vide». Sur son site de mise en relation entre étudiants et personnes âgées, une dame recherche par exemple «un(e) étudiant(e) pour l’accompagner en bord de mer à Saint-Raphaël, tous frais payés». Originaire de l’Orne, la jeune Chloé séjourne, depuis un mois, «dans un cadre juste incroyable, un château breton du XVIIe». Les propriétaires, très âgés, n’auraient pas pu y aller sans aide. «Je n’appelle pas trop cela des vacances, tempère l’étudiante, mais culturellement, socialement, c’est une expérience très enrichissante.»
 
Enfin, pour ceux qui resteront à Paris, la Ville a lancé Un été particulier, une programmation quotidienne d’événements culturels, sportifs, éducatifs et de loisirs gratuits. Le tout,«bien sûr», avec «un protocole sanitaire adapté».

Prenez bien soin de vous !
Amicalement,
Image

Répondre

Revenir à « Informations »