Recommandations françaises sur la prévention et le traitement de l'ostéoporose cortico-induite

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Répondre
Avatar du membre

Auteur du sujet
Pboulanger
Administrateur
Administrateur
Messages : 4739
Enregistré le : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
    Windows 8.1 Firefox
Genre :
Zodiaque : Lion
Âge : 61
Contact :
France

Recommandations françaises sur la prévention et le traitement de l'ostéoporose cortico-induite

Message par Pboulanger » 30 août 2015 11:55

:hi:

Lu sur le site cortisone-info http://www.cortisone-info.fr/Les-actualites/47
Recommandations françaises sur la prévention et le traitement de l'ostéoporose cortico-induite

Un groupe de travail associant des rhumatologues membres de la société française de rhumatologie et/ou du groupe de recherche et d''information sur l'ostéoporose et des médecins d'autres spécialités (médecine interne, gastroentérologie, néphrologie, médecine générale) s'est récemment réuni pour proposer des recommandations nationales concernant la prévention et le traitement de l'ostéoporose cortico-induite.

Ces recommandations s'adressent essentiellement aux patients traités durant au moins 3 mois, quelque soit la dose et la maladie nécessitant la prescription de corticoïdes.

Les recommandations consensuelles étaient les suivantes :
  • Chez les femmes ménopausées et les hommes âgés de plus de 50 ans, le traitement est justifiée en présence de l'un des facteurs de risque suivants de fracture:
    • antécédent de fracture non traumatique après 50 ans,
    • densité minérale osseuse (T score) ≤ -2,5 sur un ou plusieurs sites sur l'ostéodensitométrie,
    • âge ≥ 70 ans et posologie ≥ 7,5 mg d'équivalent prednisone durant au moins 3 mois -
      • Chez les patients présentant ces facteurs de risque, un biphosphonate peut être prescrit en 1ere intention.
        Le tériparatide peut également être prescrit comme traitement de première ligne chez ces patients
        mais n'est pas remboursé par la sécurité sociale en l'absence d’antécédents multiples de fractures vertébrales.
      [/align]
  • le risque de fracture étant beaucoup plus faible chez les femmes non ménopausées et chez les hommes de moins de 50 ans, les décisions de traitement doivent reposer sur une évaluation au cas par cas. -
enfin, la supplémentation en calcium ne doit pas être systématique si les apports alimentaires sont suffisants
Amicalement,
Image

Répondre

Retourner vers « Informations »