Maladie de Basedow et myasthénie : une association à redouter

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Répondre
Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
Pboulanger
Administrateur
Administrateur
Messages : 4694
Inscription : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
    Windows 10 Firefox
Genre :
Résidence : France
Zodiaque : Lion
Âge : 60
Contact :

Maladie de Basedow et myasthénie : une association à redouter

Message par Pboulanger » 10 mars 2017 11:03

:hi:

Lu sur http://www.lissa.fr/fr/rep/articles/EL_ ... 6615006162
Maladie de Basedow et myasthénie : une association à redouter
Auteurs : Alaya W, Sakka I1, Amor B Ben1, Kacem H Haj1, Younes S1, Chebbi W1, Sfar MH1
Affiliations : 1CHU Tahar Sfar, Mahdia, Tunisie
Détails : 2015; 76 4 444-444Revue : Annales d'endocrinologie


Résumé
  • Introduction
    La myasthénie est retrouvée chez 1 % des patients ayant une maladie de Basedow (MB). Nous rapportons les observations de deux patientes ayant une MB et qui ont développé une myasthénie.
  • Observations
    Il s’agit de deux patientes âgées respectivement de 22 et 36 ans. La première a une MB traitée par du thiamazol et du propranolol. La myasthénie s’est révélée 1mois après le diagnostic de la MB par l’installation progressive et fluctuante de troubles de la déglutition, une dysphonie, un ptosis bilatéral asymétrique une faiblesse musculaire généralisée et une dyspnée généralisée nécessitant une prise en charge initiale en réanimation. L’EMG était en faveur d’une myasthénie et les anticorps anti-récepteurs à l’acétylcholine étaient positifs. Le diagnostic d’une myasthénie généralisée auto-immune précipitée par les bêtabloquants a été retenu. Une thyroïdectomie totale a été réalisée et l’évolution était favorable sous pyridostigmine. La deuxième patiente avait une MB avec une ophtalmopathie basedowienne depuis 2 ans sous thiamazol et propranolol. La myasthénie s’est révélée par un tableau similaire au premier mais de moindre intensité. L’évolution était favorable sous pyridostigmine, avec arrêt du propranolol et une thyroïdectomie totale a été indiquée.
  • Discussion
    Des signes de fatigabilité musculaire ou troubles de déglutition chez un patient basedowidien doivent évoquer une myasthénie. Le traitement par propranolol doit alors être interrompu et un traitement radical de l’hyperthyroïdie s’impose en cas de confirmation de la myasthénie.
Amicalement,
Image

Répondre

Revenir vers « Informations »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité