Risque de fracture plutôt faible sous corticothérapie longue

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Répondre
Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
Pboulanger
Administrateur
Administrateur
Messages : 4563
Inscription : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
    Windows 8.1 Firefox
Sexe :
Résidence : France
Zodiaque : Lion
Âge : 60
Contact :

Risque de fracture plutôt faible sous corticothérapie longue

Message par Pboulanger » 31 oct. 2012 17:31

Bonsoir,

lu sur la news letter de l'institut de Myologie http://www.institut-myologie.org/ewb_pa ... _11045.php" onclick="window.open(this.href);return false;

20/09/2012 - Myasthénie auto-immune : un risque de fracture plutôt faible sous corticothérapie prolongée

La myasthénie est une maladie neuromusculaire fréquente et d’origine auto-immune. Due à l’action d’auto-anticorps dirigés contre des composants de la jonction neuromusculaire, elle se traduit par un déficit musculaire prédominant au niveau oculaire avec un caractère fluctuant. Dans les formes les plus sévères, on observe un déficit généralisé, permanent avec un risque accru de chutes. La majorité des myasthénies auto-immunes est en rapport avec un dysfonctionnement du récepteur de l’acétylcholine, plus rarement avec celui de la protéine MuSK. Le traitement spécifique repose sur les anticholinestérasiques et, le cas échéant, sur une corticothérapie. Cette dernière est à l’origine d’une ostéoporose et donc de fractures.
Dans un article publié en avril 2012, des myologues anglais et néerlandais ont étudié le risque de survenue de fracture dans une population de patients myasthéniques diagnostiqués et suivis entre 1987 et 2009. Le risque de fractures chez les patients myasthéniques n’est statistiquement pas plus élevé par rapport au groupe contrôle apparié pour l’âge et le sexe. Même les personnes atteintes de myasthénie bénéficiant d’une corticothérapie n’étaient pas plus à risque que celles qui n’en recevant pas, y compris quand la corticothérapie était en place depuis de nombreuses années. En revanche, les auteurs ont identifié une sous-population de patients plus à risque car prenant, par ailleurs, d’autres médications comme des antidépresseurs, des antiépileptiques ou des anxiolytiques.

Références :

Pouwels S, et coll. Fracture rate in patients with myasthenia gravis: the general practice research database. Osteoporos Int., 2012 (Avr)
Amicalement,
Image

Répondre

Revenir vers « Informations »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité