La Myasthénie MuSK due à la rupture interaction MuSK-LRP4

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Répondre
Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
Pboulanger
Administrateur
Administrateur
Messages : 4694
Inscription : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
    Windows 8.1 Firefox
Genre :
Résidence : France
Zodiaque : Lion
Âge : 60
Contact :

La Myasthénie MuSK due à la rupture interaction MuSK-LRP4

Message par Pboulanger » 23 mars 2014 09:47

:hi:

Lu sur le site de l'institut de Myologie http://www.institut-myologie.org/ewb_pa ... ologie.php" onclick="window.open(this.href);return false;
12/03/2014 - La myasthénie liée à MuSK est due à la rupture de l’interaction MuSK-LRP4

Deux études mettent en évidence le rôle pathologique des IgG4 anti-MuSK qui bloquent l’interaction de MuSK avec LRP4.

La myasthénie auto-immune est une maladie neuromusculaire fréquente. Elle est due à l’action d’auto-anticorps dirigés contre des composants de la jonction neuromusculaire, tels que le récepteur de l'acétylcholine (RACh), le récepteur tyrosine kinase musculaire "MuSK" ou encore contre LRP4, une protéine associée à la protéine MuSK.
Une des étapes clefs durant la formation de la jonction neuromusculaire [CL1] est le regroupement des RACh dans la zone de la future jonction neuromusculaire et leur insertion dans la membrane des cellules musculaires. Ce regroupement se fait, notamment, grâce à la présence du récepteur tyrosine kinase spécifique du muscle, MuSK. Pour être activé, MuSK doit interagir avec LRP4 préalablement activée par son interaction avec l’agrine. Une fois activé (par phosphorylation), MuSK interagit au niveau intracellulaire avec Dok7, qui lui active des molécules importantes pour la formation de la jonction neuromusculaire.
Dans la myasthénie liée à MuSK, les anticorps sont surtout des IgG4 alors que dans la myasthénie liée aux RACh, il s’agit d’IgG1 ou d’IgG3, une différence importante car les IgG4 ne fixent pas le complément, contrairement aux IgG1 et IgG3.

Dans deux articles publiés en novembre et en décembre 2013, deux équipes, l’une britannique et l’autre américano-néerlandaise, se sont intéressées au fonctionnement des anticorps anti-MuSK dans la myasthénie auto-immune. Les IgG4 anti-MuSK entrainent une myasthénie en interrompant les interactions entre MusK et LRP4, en inhibant la phosphorylation de MuSK et en réduisant le regroupement de RACh lié à l’agrine. En ce qui concerne les IgG1 et IgG3 anti-MuSK, ils ne bloquent pas l’interaction MuSK-LRP4 mais réduisent tout de même le regroupement de RACh lié à l’agrine. Ainsi, les IgG4 anti-MuSK, mais aussi les IgG1 et les IgG3 anti-MuSK, participent au mécanisme pathologique de la myasthénie anti-MuSK.

MuSK Myasthenia Gravis IgG4 Disrupts the Interaction of LRP4 with MuSK but Both IgG4 and IgG1-3 Can Disperse Preformed Agrin-Independent AChR Clusters.
Koneczny I, Cossins J, Waters P, Beeson D, Vincent A.
PLoS One. 2013 (Nov).8(11) : e80695. Doi : 10.1371/journal.pone.0080695.

MuSK IgG4 autoantibodies cause myasthenia gravis by inhibiting binding between MuSK and Lrp4.
Huijbers MG, Zhang W, Klooster R, Niks EH, Friese MB, Straasheijm KR, Thijssen PE, Vrolijk H, Plomp JJ, Vogels P, Losen M, Van der Maarel SM, Burden SJ, Verschuuren JJ.
Proc Natl Acad Sci U S A., 2013 (Dec).
Amicalement,
Image

Répondre

Revenir vers « Informations »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité