Une administration simplifiée des immunoglobulines

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Répondre
Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
Pboulanger
Administrateur
Administrateur
Messages : 4694
Inscription : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
    Windows 8.1 Firefox
Genre :
Résidence : France
Zodiaque : Lion
Âge : 60
Contact :

Une administration simplifiée des immunoglobulines

Message par Pboulanger » 25 déc. 2014 09:00

:hi:

Lu sur la news-letter de l'institut de Myologie http://www.institut-myologie.org/ewb_pa ... t=2#result" onclick="window.open(this.href);return false;
15/12/2014 - Une administration simplifiée des immunoglobulines

Plusieurs maladies neuromusculaires nécessitent, du fait leur origine auto-immune, d’avoir recours à des immunoglobulines (Ig). Il s’agit notamment de la myasthénie auto-immune, de certaines formes réfractaires de myosites inflammatoires et des neuropathies dysimmunitaires (polyneuropathie chronique inflammatoire démyélinisante ou CIDP et neuropathie motrice multifocale ou MMN). Les immunoglobulines ont été mises au point dans les années 50 initialement pour traiter les déficits immunitaires. Les indications dans les pathologies auto-immunes sont plus récentes avec un mode d’action qui reste encore pour partie empirique. Un effet positif sur les fonctions immunomodulatrices de l’organisme est vraisemblablement en jeu. Lorsqu’elles sont efficaces, les immunoglobulines permettent de diminuer, parfois très substantiellement, les doses de corticoïdes.
Dans un article publié en août 2014, une équipe italienne fait le point concernant l’administration sous-cutanée des immunoglobulines (SCIg), une alternative par rapport au protocole classique par voie intraveineuse (IVIg), communément utilisé mais présentant des contraintes en termes de temps passé, de tolérance et de coûts financiers. A partir d’une analyse exhaustive de la littérature et forts de leur propre expérience, les auteurs recommandent d’utiliser les SCIg le plus souvent comme traitement de seconde intention, dans le cadre d’un protocole séquentiel (après plusieurs cures d’IVIg). C’est seulement dans la MMN et dans quelques formes peu agressives de myosites qu’elles pourraient être proposées en première intention.


Subcutaneous IgG in immune-mediate diseases: proposed mechanisms of action and literature review.
Danieli MG1, Gelardi C2, Pedini V2, Moretti R2, Gabrielli A2, Logullo F3.
Autoimmun Rev., 2014 (Aout). Pii : S1568-9972(14)00162-1. Doi : 10.1016/j.autrev.2014.08.018. [Epub ahead of print]
Amicalement,
Image

Répondre

Revenir vers « Informations »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité